L’ostéopathie

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Bouger, c’est la vie et comme chacun le sait, la vie c’est du mouvement. On vit au rythme de nos battements du cœur et de notre respiration. Respirer, c’est vivre. C’est échanger. C’est donner et recevoir. Notre organisme s’organise autour de ces grandes règles pour fonctionner de manière harmonieuse. Notre squelette est une structure rigide permettant l’ancrage des tissus mous et des organes. Il est constitué de multiples leviers osseux qui lorsque les muscles auxquels ils sont attachés, se contractent et provoquent le mouvement.

sport-mouvement-chronophoto-6

Notre structure du point de vue ostéopathique est dite en équilibre quand elle n’est pas restreinte dans son fonctionnement par des pertes de mobilité. Toutes les parties du corps sont reliées entre elles par l’intermédiaire de tissus organiques. Le corps est un et indivisible. Il est une unité à part entière. Dés qu’une structure du corps présente un déséquilibre dans son fonctionnement, cela agit tel des dominos sur la dynamique fonctionnelle des structures voisines. Les structures du corps et les fonctions qu’elles doivent remplir sont interdépendantes. Prenons l’exemple du thorax qui est une structure semi rigide composée de côtes contenant les poumons. Ces poumons doivent être libres de toutes entraves mécaniques. Si tel n’est pas le cas, une problématique costale peut retentir sur notre capacité respiratoire. Dés lors qu’une structure du corps commence à perdre de sa mobilité, la fonction même qu’elle est censée remplir est perturbée et diminuée. On est en présence de la relation entre le contenu et le contenant.

15363357-homme-xray-humaine-avec-engrenages-internes-sur-un-fond-noir-construit-comme-une-machine-ou-un-conce

La réflexion ostéopathique repose sur trois grands principes qui sont la relation entre le contenant et le contenu, la capacité d’autorégulation du corps et l’interdépendance des différentes parties du corps: Cela porte le nom de globalité. Le patient est examiné comme un tout cohérent où chaque partie du corps est en relation avec les autres.

Notre approche thérapeutique est une démarche rigoureuse. Elle utilise comme support l’anatomie, la physiologie. Elle s’appuie sur le diagnostic palpatoire permettant de mettre en évidence de manière analytique les troubles de la mobilité tissulaire et de manière globale le retentissement de ces troubles sur la structure. Elle élabore des investigations pour mettre en lumière la cause qui a permis au corps de se désadapter et de générer des désordres mécaniques.

La prise en compte de l’historique médical, des antécédents chirurgicaux, des habitudes et des contraintes de vie du patient est tout aussi importante pour mieux cerner dans la globalité, la chronicité des dysfonctions rencontrées qui limitent les possibilités adaptatives du corps. L’ostéopathe est à l’écoute du tissu qui souffre et qui a perdu une partie de son élasticité d’origine et de son extensibilité. Notre priorité, c’est de laisser parler le tissu pour restaurer la fonction et l’équilibre de l’organisme.

Tout ce qui vient d’être énoncé n’est que la partie émergée d’une problématique. Notre corps n’est pas simplement un outil nous permettant de nous déplacer. C’est aussi le réceptacle de ce que nous vivons. La dimension somato-émotionnelle est donc à considérer.